AccueilQui Sommes NousActivitésEvénementsSocial et ServicesContact
Village de Forez: "Le petit garçon sur la photo" de Claude Goure
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
19 mai 2022 (à 20:30)
 
 
Claude Goure : Le petit garçon sur la photo
 
Dans une causerie au Centre social de Montbrison, le 19 mai à 20 h 30, Claude Goure vient présenter son ouvrage Le petit garçon sur la photo, livre de souvenirs particulièrement attachant.  
   Fils de paysans de Roche, Claude Goure raconte dans son dernier livre (Le petit garçon sur la photo) son enfance et sa jeunesse à Roche, sa formation de jeune agriculteur, ses réflexions précoces sur le métier d’agriculteur et surtout son militantisme à la JAC (Jeunesse agricole catholique) dont il devint le responsable pour le secteur de Montbrison (1960). Il passa ensuite trois ans au bureau national de la JAC et découvrit le monde (voyages en Chine et en Afrique noire). Comme il s’était occupé de la presse de la JAC, il fit ensuite une carrière de journaliste : rédacteur en chef de Panorama chrétien (devenu ensuite Panorama) puis de Notre temps, biographe du leader paysan Michel Debatisse et auteur de plusieurs ouvrages.
   Très attaché à sa région, Claude Goure vient chaque année en vacances dans les monts du Forez. Il a suivi fidèlement l’aventure du Centre social et de Village de Forez. En 2016, il a organisé à Goutelas un séjour des anciens de la presse catholique et avait demandé aux responsables de Village de Forez.de venir leur présenter la revue.

 
Claude Goure présente ainsi son ouvrage :
« C’est dans le souvenir que les choses prennent leur vraie place...
C’est ce à quoi j’ai voulu me soumettre en écrivant ce récit d’une enfance et d’une jeunesse paysanne sur les hauteurs des Monts du Forez, dans la Loire, au cours des années 1950-1960. Jeunesse semblable à la jeunesse de tant d’autres là-bas. A l’époque où s’annonçait la fin des paysans... Avec chez moi la confuse intuition que l’existence pourrait être ailleurs. Mais m’apprêtant cependant, et me préparant même, à « faire paysan » à mon tour –agriculteur comme on disait désormais - soumis à la même perspective que celle de mes ancêtres, ces hommes pauvres sans être misérables, courbés sur une terre nourricière,  avec pour seule grandeur, l’humilité qui les faisait obéir au ciel et à l’ordre éternel des champs.
C’est après mes vingt ans que tout tournera autrement pour moi, que tout me projettera soudain vers cette existence ailleurs, loin du pays qui m’a vu naître, à Paris et jusqu’au loin vers la vie à travers le monde, pour l’appréhender, tenter de la comprendre... Tenter surtout de devenir toujours un peu plus soi.
A travers ce récit très personnel je n’ai voulu convoquer ni la nostalgie, ni l’expérience et encore moins une sagesse jamais réellement acquise, mais simplement dire ce qui fut avec la mémoire vive des êtres et des choses, au fil du souvenir où le tout d’une vie prend enfin sa vraie place. Son sens aussi peut-être ».

                                Claude Goure
175